Déclaration commune des élus Seine-Eure 2015 & de l'association Entreprendre avec l'Afrique

Déclaration finale des premières Rencontres

« Entreprendre avec l’Afrique du XXIe siècle »

Louviers, le 13 juin 2015

Les 12 et 13 juin 2015, Heudebouville, Louviers, Val-de-Reuil et le Vaudreuil ont accueilli plus de 300 personnes venues de 14 pays africains et de France, autour de 5 tables rondes successives, traitant des nouvelles relations économiques, sociales et culturelles entre les deux continents.

Au terme de discussions riches et fécondes, Hubert Zoutu, François-Xavier Priollaud, Marc-Antoine Jamet, Bernard Leroy, maires des communes d’accueil, François Loncle, député de l’Eure et Jean-Hervé Lorenzi, initiateur de ces Rencontres, ont tenu à faire conjointement la déclaration suivante :

1 L’Afrique est, à l’évidence, le continent de demain. Mais elle est surtout le vecteur d’une nouvelle étape de croissance équilibrée et favorable au deux parties. Bien des obstacles demeurent, notamment l’urgence d’un financement des projets, la lutte contre la pauvreté, la mise en œuvre d’infrastructures tant sociales qu’économiques. Nous nous engageons à créer les conditions d’une dynamique de développement des relations inter-entreprises en nous appuyant sur le tissu local, mais avec une vocation d’exemplarité.

2 Pour une agglomération qui accueille une diaspora africaine, les flux d’épargne de cette diaspora sont très importants. Nous soutiendrons les initiatives destinées à rendre plus efficaces les transferts d’épargne vers des projets concrets de développement.

3 La jeunesse est la première des richesses d’une nation. La proximité géographique, l’histoire, avec ses ombres et ses lumières, les liens culturels, sont des atouts essentiels. C’est pourquoi nous décidons de renforcer les échanges entre jeunes de nos pays. S’agissant des étudiants, ne baissons pas la garde. Nous sommes le premier pays du monde dans l’accueil des étudiants africains. C’est un atout pour les entreprises des deux continents, afin de développer les échanges économiques. Nous veillerons à ce que les pouvoirs publics aient une politique plus ouverte et dynamique pour les visas d’étudiants.

4 Chacun sait néanmoins que les progrès économiques peuvent être entravés par l’insécurité juridique et la fragilité des structures publiques. Il est indispensable de créer les conditions de la confiance des entrepreneurs, en particulier des PME, pour envisager des investissements pérennes et multiplier les opportunités de développement.

Nous affirmons notre volonté de poursuivre le renforcement des liens directs entre tous les acteurs et les partenaires du développement et vous donnons rendez-vous en juin 2016 pour une nouvelle édition d’Entreprendre avec l’Afrique du 21e siècle.

 

Téléchargez la déclaration (pdf)