Déclaration commune des élus Seine-Eure 2016 & de l'association Entreprendre avec l'Afrique

Déclaration finale des deuxièmes Rencontres

« Entreprendre avec l’Afrique du XXIe siècle »

Louviers, le 22 octobre 2016

Au terme de discussions riches et fécondes, Hubert Zoutu, François-Xavier Priollaud, Marc-Antoine Jamet, Bernard Leroy, maires des communes d’accueil, François Loncle, député de l’Eure et Jean-Hervé Lorenzi, initiateur de ces Rencontres, ont tenu à faire conjointement la déclaration suivante :

La deuxième édition des rencontres Entreprendre avec l’Afrique du XXIe siècle a mis l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire à l’honneur.

Un partenariat renforcé avec la Région Normandie permet maintenant à l’Agglomération Seine-Eure ainsi qu’aux trois communes partenaires que sont Heudebouville, Louviers et Val-de-Reuil d’affirmer avec plus de force encore l’intérêt que représente toute forme de coopération avec l’Afrique.

C’est d’abord par le grand nombre des participants et la qualité du public que se mesure le succès de cette manifestation. Il est, à l’aune de ce critère, incontestable.

Dans cette perspective, les élus tiennent tout d’abord à remercier le comité d’organisation et à exprimer leur gratitude envers Kabiné Komara, ancien Premier ministre de Guinée, Xavier Beulin, Président de la FNSEA et Jean-Hervé Lorenzi, Professeur des Universités qui ont accepté d’éclairer les débats de toute leur connaissance et de leur expérience.

– C’est aussi par l’intérêt des contenus qu’ont su développer les intervenants que s’apprécie l’impact de ces rencontres. De ce point de vue, elles ont été riches d’enseignements.D’un côté l’Afrique, dont les besoins immenses ne vont cesser de croître est, sans conteste, appelée à devenir un géant de l’agro-alimentaire et un partenaire privilégié de la Normandie. Certes, est est actuellement convoitée par de nombreux pays tiers et connait encore des difficultés d’accès au crédit, au conseil et aux formations spécialisées, mais le mouvement est lancé ; rien ne l’arrêtera plus.
Les représentants des entreprises africaines nous ont offert de nombreux témoignages qui tous laissent à penser qu’ils sont prêts à des partenariats avec les acteurs politiques et économiques à condition de s’appuyer pleinement sur les femmes et les hommes qui les composent – souvent dans des structures encore familiales – et dans le respect des structures sociales et environnementales locales.

-De l’autre côté , la Normandie, et plus particulièrement l’Eure, est un acteur majeur de la filière agro-alimentaire française, notamment dans les cultures d’excellence et l’élevage.
Les PME ont toutes, affirmé leur volonté de transférer aux entreprises africaines un savoir-faire utile , estimant que c’est maintenant dans la transformation des produits et non plus dans l’exportation directe des produits bruts que se situent, pour elles, les principaux enjeux de la coopération avec l’Afrique.

-D’un côté de la méditerranée comme de l’autre, les deux parties sont convenues que la mutation technologique que connait actuellement le secteur agricole, avec la numérisation, les drones, le géolocalisation ou les satellites constitue un  un puissant facteur de remontée de valeur ajoutée au sein des différents filières de production agro-alimentaire. Les entreprises se sont toutes déclarées prêtes à assurer un transfert effectif des techniques concernées. C’est assurément dans cette direction que réside le moteur d’un véritable échange.

C’est dans cette perspective que de nombreux partenariats ont été dessinés. La filière du maraichage et des fruits, celle du cacao, des céréales, du coton, des oléagineux, sans oublier la pêche et les transports maritimes ont tour à tour été examinées.

La preuve est ainsi faite que le développement des échanges entre les entrepreneurs normands et africains recèle un potentiel considérable. Il faut maintenant le faire vivre au quotidien pour inventer de nouvelles coopérations. Les entreprises doivent y prendre toute leur part.

Les élus et les représentants des collectivités ici présents déclarent qu’ils mettront tous les moyens pour y parvenir.

Ils s’engagent tout d’abord à favoriser la création et le développement économique de leurs territoires respectifs en renforçant leurs aides à l’aménagement, à l’accompagnement et au soutien aux pôles de compétitivité.

Ils s »engagent aussi, dans le cadre d’une coopération décentralisée plus active, à favoriser la mise à disposition des techniques de fertilisation, de préservation des ressources, d’accès à l’eau et à l’énergie.

Mais sans les hommes et les femmes susceptibles de porter cette ambition, aucun développement n’est assuré de réussir. C’est pourquoi les élus et acteurs économiques ici réunis affirment qu’ils soutiendront l’effort de formation nécessaire, en particulier en direction des femmes africaines dont la contribution au progrès de l’agriculture est décisive.

Nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine pour la troisième édition des rencontres d’Entreprendre avec l’Afrique du XXIe siècle. Le sujet de l’équilibre alimentaire aujourd’hui et demain est essentiel.

Un grand merci à tous ceux qui ont contribué au succès de cette manifestation.

Nous affirmons notre volonté de poursuivre le renforcement des liens directs entre tous les acteurs et les partenaires du développement et vous donnons rendez-vous en octobre 2017 pour une nouvelle édition d’Entreprendre avec l’Afrique du 21e siècle.

 

Téléchargez la déclaration (pdf)